Le Séminaire

Depuis 2020, un séminaire transdisciplinaire a vu le jour en 2019, destiné à donner une périodicité et une continuité aux travaux menés sur cette thématique. Il se propose comme un espace de rencontre et d’échanges entre historiens, historiens de l’art, archéologues, anthropologues, politistes, etc. Il se veut également un espace de professionnalisation à la recherche pour les jeunes chercheurs, en leur donnant l’opportunité de présenter leurs travaux et de participer aux discussions collectives. En favorisant le dialogue entre spécialistes des aires arabes, turques et balkaniques, il s’inscrit dans une politique de décloisonnement des aires culturelles. Présentation :
Dans un contexte de forte inflation des usages du passé ottoman, ce séminaire ambitionne d’interroger la
fabrique des mémoires « ottomanes », depuis l’époque ottomane jusqu’à aujourd’hui : dans cette optique, les
mémoires « ottomanes » sont alors aussi bien celles qui sont produites par la société́ ottomane (dans ses diverses
composantes socio-ethniques et religieuses), que celles qui sont produites postérieurement, par les États héritiers,
à propos de leur passé ottoman.
L’ambition d’une telle réflexion est à la fois spatiale et temporelle, puisqu’elle couvre un espace s’étirant
de l’Europe centrale au Caucase, du Yémen au Maghreb, sur une période allant du XVIIIe siècle à aujourd’hui.
Loin de prétendre à l’exhaustivité́, l’approche se concentre à la croisée de trois champs, eux-mêmes fortement
interconnectés : le patrimoine, le tourisme et les musées.
Si l’existence de dynamiques croisées entre ces trois champs n’est plus à démontrer, l’analyse de leur rôle
combiné dans la production de discours mémoriels « ottomans », reste largement à faire. C’est l’objectif que s’est
fixé le séminaire, qui impose la mise en commun de compétences pluridisciplinaires, tant du fait du plurilinguisme
de l’espace, que du choix des champs d’interrogation, eux-mêmes situés à cheval sur plusieurs disciplines.
Les rencontres passées ont permis de confirmer la pertinence d’une telle réflexion, en faisant émerger,
notamment, une série de points d’appréhension privilégiés (les fondations pieuses, vakf; les lieux saints;
l’inscription spatiale; les périodicités croisées). Toutefois, les interventions passées se sont beaucoup concentrées
autour de la question du patrimoine et de la culture matérielle (gestion, conception, restauration, utilisations, etc.),
mettant en sourdine le champ du tourisme, le rôle des musées, ou encore la question des usages sémantiques. De
ce fait, tout au long du cycle 2021/22, le séminaire souhaite approfondir 3 axes de réflexion :
a/ les liens entre patrimoine et tourisme, en tant qu’ingrédients de la fabrique de discours mémoriels à
l’égard du passé ottoman :
• interroger la naissance et le développement du tourisme dans l’espace ottoman et post-ottoman, pour identifier
la place historique du patrimoine « ottoman » (ou sa non-place) dans la mise en tourisme de cette aire ;
• étudier les liens historiques et contemporains institutionnels entre le champ patrimonial et le champ touristique
et leur impact sur la gestion et la mise en valeur du passé matériel ou immatériel ottoman ;
b/ l’action d’ordonnancement et de transmission de discours mémoriels au sein des musées,
considérés comme des espaces d’exposition du patrimoine et de la culture matérielle :
• interroger, dans une démarche de continuité́ historique, l’évolution de la place des représentations du passé
ottoman dans les musées de l’espace post- ottoman : nombre de musées, importance des collections, nature
des collections, types de musées, fréquentation, gestion institutionnelle, etc. ;
• étudier leur rôle dans la constitution et la diffusion de discours mémoriels à l’égard du passé ottoman, à travers
l’analyse des mises en scènes muséologiques ;
c/ les usages sémantiques autour de la notion d’« ottoman » en association avec les champs du
patrimoine, du tourisme et des musées :
• interroger l’historicité́ et les usages partagés ou contradictoires de certaines notions, telles que « arts
islamiques », « patrimoine ottoman », etc. (ou, inversement, les difficultés soulevées par le fait de qualifier le
tourisme ou les mémoires d’« ottoman ») ;
• poser les bases d’une démarche épistémologique transdisciplinaire à partir du cas d’étude discuté par cette
équipe.

Il obéit à une programmation annuelle, au rythme de 7 à 10 séances mensuelles par an : on trouvera l’argumentaire générale, le descriptif de chaque programmation et les enregistrements de chaque séance précédente dans les sous-rubriques à gauche.

Programme 20222

INTER-DISCIPLINAIRES ET
DEMARCHES EPISTEMOLOGIQUES.

18 Novembre 2021 : 14h-17h
Salle A219 (IREMAM)
Séance dirigée par Teymour Morel
Juliette DUMAS (IREMAM) : En guise d’introduction : quelques jalons pour aborder les concepts de « beau », de
« collection » et de « patrimoine » chez les Ottomans
Sarah MALOBERTI (collaboratrice du PhASIF, labellisé DIM Région Île-de-France) : Deux manuscrits jumeaux
du Tārīḫ al-ḥukamāʾ (extraits) de Ǧamāl al-Dīn abū al-Ḥasan ʿAlī ibn Yūsuf al-Qifṭī – Paris, BnF, Arabe 5889 et
Istanbul, Süleymaniye Kütüphanesi, Ragıp Paşa 988
16 Décembre 2021 :14h-18h
Salle Paul-Albert Février
Table-ronde
Séance dirigée par Aline Schlaepfer
En collaboration avec le Centre Jean Pépin (UMR 8230)
et le DIM Région Île-de-France PhASIF
Pierre CAYE (Centre Jean Pépin) : Patrimoine et transmission : question de théorie juridique
Teymour MOREL (FNS Ambizione ; Université de Genève, Unité d’Arabe – MESLO) : Héritage et restauration
de la philosophie dans l’Empire ottoman dans la Traduction du Traité très lumineux (Tarǧamat al-Šarḥ al-anwar)
de Yanyalı Esad Efendi
Jawdath JABBOUR : La raison comme patrimoine : l’appropriation de la philosophie grecque aux IXe-Xe siècle
13 Janvier 2022 : 14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Juliette Dumas
Edhem ELDEM (Collège de France & Univ. du Bosphore) : titre à venir
Randi DEGUILHEM (CNRS, TELEMMe) : Nahj al-Islam du ministère des Waqfs de l’État syrien et
l’acculturation du bâti religieux des waqfs ottomans
Cycle 2
MUSEES, TOURISME ET DISCOURS MÉMORIELS SUR LES
OTTOMANS
10 Février 2022 : Patrimoines ottomans en Syrie et en Irak
14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Randi Deguilhem
Abdalrazzaq MOAZ (ancien Directeur Général des Antiquités et musées de la Syrie et ancien Vice-Ministre de
Culture en charge du patrimoine culturel de la Syrie) : La politique culturelle de l’État syrien à l’égard du
patrimoine de l’époque ottomane
Cecilia PIERI (IFPO) : La 1re modernité ottomane de l’Irak et ses prolongements
10 Mars 2022 : la mise en scène du passé ottoman dans les séries télévisées
14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Juliette Dumas
Ludovica TUA (LERASS et IREMAM) : Un héros seul contre tous. La figure du sultan Abdülhamid II et le
concept d’altérité dans la série turque Payitaht : Abdülhamid
Vanessa GUENO (IREMAM) : titre à venir
14 Avril 2022 : Constructions muséographiques, mémoires contemporaines d’empires et de capitales
14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Julien Boucly
Burçak MADRAN (ICOM, Tetrazon) : Projets de musées municipaux d’Istanbul et de Bursa, collections sur le
passé ottoman
Lorenzo POSOCCO (University College Dublin) : When Nationalism Fails: Nationalism and Museal
Constructions
19 Mai 2022 : Les peintres ottomans : promoteurs artistiques et patrimoniaux
14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Lydia Zeghmar
Alexandre TOUMARKINE (INALCO) : « Les peintres de l’atelier de Sisli (1914) : une génération aux
commandes »
Ekin AKALIN (Université de Genève) : « Développement de l’imagerie territoriale par les peintres militaires
ottomans : une étude sur la peinture de paysage au XIXème siècle »
9 Juin 2022 : Exposer le patrimoine ottoman, études de cas
14h-17h
Salle Paul-Albert Février
Séance dirigée par Maxime Durocher
Nebahat AVCIOGLU (Hunter College, City University of New York) : Displaying Ottoman Art and Architecture
in Gardens, Universal exhibitions and Museums
Vincent THEROUIN (doctorant, Sorbonne Université – UMR 8167) : Du folklore aux racines d’une identité
nationale retrouvée ? Le passé ottoman en Bosnie à travers les collections des musées de Sarajevo