BIENVENUE

Longtemps refoulé ou renié par les pays héritiers du régime ottoman, les usages mémoriels de ce passé font, depuis une décennie, l’objet d’un renouveau remarquable. Mais quels usages? Pour quelles finalités? Et surtout, quel(s) passé(s) ?

Turcs, Kurdes, Arabes, Grecs, Albanais, Arméniens…. Musulmans, Chrétiens, Juifs… Métropolitains, ruraux, nomades… Sociologiquement, la société ottomane est un patchwork. Quand la société ottomane n’a jamais été homogène, comment ses restitutions mémorielles pourraient-elles l’être ? A la pluralité de la société ottomane, répond la pluralité des sociétés post-ottomanes : du démantèlement de l’Empire a résulté la constitution d’une multitude d’Etats-nations aux configurations politiques variées – fruits, notamment, de trajectoires historiques différentes.

Face à l’étendue du terrain de travail (des Balkans au Caucase ; du Maghreb à la mer Rouge) et des champs d’exploration (politique, institutionnel, culturel, littéraire, artistique, patrimonial, etc.), la pluridisciplinarité s’impose, pour tenter de documenter, contextualiser, analyser, expliciter les usages auxquels le passé ottoman donne lieu, dans l’espace post-ottoman.

En outre, la fabriqe mémorielle est un processus inscrit dans le temps long : il tire bénéfice de l’accumulation d’imaginaires anciens, dont l’historicité est toujours délicate à retracer – quitte à en détourner subrepticement le sens.

Dès lors, une approche transhistorique s’impose : pour lui donner des bornes, le spectre de la réflexion s’inscrit entre le 18e (avant l’émergence des processus de modernisation d’inspiration occidentale) et le 21e siècle (après l’établissement des dynamiques de mondialisation culturelle et de multi-latéralisme).

L’objectif de ce Carnet est de réunir les travaux menés dans ce domaine, par des chercheurs issus d’horizons différents et/ou dans des cadres de travail distants, afin de restituer leur cohérence d’ensemble et de leur donner une meilleure visibilité. Ce Carnet ambitionne ainsi :

– La collecte et la mise à disposition de la communauté intellectuelle du maximum de matériel documentaire sur cette thématique (rubrique « La collecte documentaire »)

– Le recensement d’une partie des interlocuteurs scientifiques qui contribuent, de près ou de loin, à la réflexion sur cette thématique (rubrique « Les collaborateurs »), en mettant en avant leur approche spécifique et leurs contributions personnelles

– La présentation des activités présentes, passées ou à venir (rubriques « Le séminaire » et « Les autres activités »)

– La mise en avant des organismes institutionnels impliqués dans le soutien à l’émergence et au développement de cette thématique.

La recherche ne se fait pas en un jour et, en sciences humaines et sociales comme ailleurs, elle tire le plus grand bénéfice des effets cumulatifs. Hélas, elle est aussi cruellement dépendante des moyens humains et matériels : dans ce contexte, le lecteur est prié de faire acte de bienveillance face à un approvisionnement et une mise à jour périodiques des pages et des informations qu’elles contiennent. Certains chantiers lancés de fraîche date nécessitent quelques années avant de commencer à porter leurs fruits (la collecte documentaire, notamment) : en attendant l’expression du plein bénéfice de ces résultats, il faut bien commencer quelque part… 



Citer ce billet
Nacira Abrous (2021, 15 avril). BIENVENUE. MEM+OTT Mémoires plurielles ottomanes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://mondottoman.hypotheses.org/1

Une réflexion sur « BIENVENUE »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.